5 solutions pratiques (et déco) pour s’isoler du bruit

isolation acoustique salon

Simples à mettre en œuvre et moins coûteuses que des travaux d’isolation phonique, ces astuces peuvent aussi s’ajouter à une isolation déjà existante. Dans l’ancien notamment, il n’est pas rare de devoir s’accommoder des bruits du voisinage. Pour se protéger au mieux, voici 5 astuces à découvrir.

Guide isolation acoustique 

1. Calfeutrer la porte d’entrée

A moins d’opter pour une porte blindée – qui renforcera, en plus, la sécurité – on risque de souffrir des bruits extérieurs avec une porte qui n’est pas assez isolée. C’est notamment le cas si l’on vit dans un immeuble ancien et si notre porte donne sur une cage d’escalier ou un hall d’entrée, par exemple. Parce que les bruits peuvent traverser la porte d’entrée ou glisser sous son interstice, on peut opter pour plusieurs solutions visant à mieux l’isoler :

  • La première consiste à installer un rideau anti-bruit ; constitué de plusieurs épaisseurs de tissus lourds, il permet d’atténuer les nuisances sonores traversant la porte d’entrée (d’environ 20 décibels). Les amateurs de couture peuvent même se lancer dans la confection d’un rideau personnalisé !
  • Autre astuce : installer des joints tout autour de la porte, ainsi qu’un joint de bas de porte. Souvent, les bruits s’infiltrent aussi à cause de l’espace libre qui subsiste au bas de la porte. On peut aussi opter pour un bas de porte ou bien un boudin de porte. Il en existe aujourd’hui de toutes sortes, des plus classiques au plus originales. Cette solution est en plus très économique.
  • Enfin, vous pouvez envisager le capitonnage de la porte d’entrée. Il existe des kits de capitonnage prêts à poser, mais là encore, les amateurs de DIY pourront laisser libre court à la personnalisation en le fabriquant eux-mêmes.

2. Protéger et insonoriser les murs

Autre caractéristique des immeubles anciens, les cloisons fines laissent souvent entendre du voisinage plus qu’on ne le voudrait. Heureusement, la décoration d’intérieur est aussi une alliée en ce qui concerne l’insonorisation. Pensez à protéger et insonoriser vos murs. Pour ce faire, opter pour des solutions simples à mettre en œuvre telles que :

  • Les papiers peints ou les tissus tendus qui ajoutent une touche décorative à vos murs et permettent une petite atténuation des bruits qui traversent les cloisons.
  • La toile à peindre anti-bruit. En vogue, elle peut aussi être apposée au plafond. Elle protège et est facile à installer.
  • Aux fenêtres, vous pouvez opter pour des rideaux phoniques. Ils disposent d’un pouvoir d’absorption du son. Certains sont, en plus, occultant et thermiques. De ce fait, vous alliez isolation phonique, préservation de l’intimité pour mieux dormir et conservation de la fraîcheur en été et de la chaleur en hiver. Un must dans la chambre à coucher !

3. Optez pour la peinture anti-bruit

Encore nouvelle sur le marché, la peinture anti-bruit a fait son apparition il y a quelques années. Elle s’avère être une bonne solution pour repeindre votre intérieur tout en absorbant les sons qui vous gênent. Cette solution aussi pratique que décorative évite d’entamer de gros travaux d’isolation phonique. Après la sous-couche, il suffit de l’appliquer sur les murs ou les plafonds (en fonction de vos besoins). Les études montrent une diminution de l’ordre de 3 à 15 décibels grâce à cette peinture particulière.

4. Au sol, multipliez les tapis

Certes le parquet ancien n’a pas son pareil pour donner à un appartement un cachet authentique… mais il offre aussi une caisse de résonance aux bruits de vos voisins du dessus. Et ceux du dessous en diront autant pour vous ! Si vous n’avez pas le cœur à cacher votre beau parquet sous une moquette (il existe des modèles anti-bruit), qui permet d’absorber le bruit tout en apportant un style cosy à votre intérieur, vous pouvez opter pour des tapis. Leurs esthétiques variées impriment des styles différents à l’intérieur : ethnique, oriental, chic, urbain ou graphique…

Plus le tapis est de grande taille, plus il atténuera la transmission sonore (environ 10 décibels contre 20 pour une moquette épaisse).
Le linoléum naturel comme les sols vinyles en PVC offrent une autre alternative. Ils permettent également d’atténuer le bruit, de 15 à 30 décibels en général.

5. Cloisonnez et structurez les espaces

  • On s’en rend bien compte lors d’un emménagement : un logement vide résonne énormément. Ainsi, plus l’espace est ouvert et vide, plus le son se propage librement. Cloisonner les espaces permet non seulement de créer des fonctions différentes au sein d’une même pièce et d’ajouter une touche déco, mais aussi de créer des « remparts » contre le bruit. Une cloison amovible peut ainsi parfaitement délimiter deux espaces dans une grande pièce à vivre et amortir les bruits. De plus, les options décoratives ne manquent pas pour se marier à tous les intérieurs : esprit zen ou moderne, cloison transparente ou opaque, etc.
  • Enfin, pensez aussi aux grandes plantes vertes. Elles peuvent structurer l’espace en créant des séparations ou des aménagements naturels mais elles sont aussi des alliées contre le bruit. Quoi de mieux qu’une petite jungle verte dans votre intérieur pour profiter de votre nouvelle tranquillité ?

isolation acoustique salon

Quotatis vous permet de trouver des artisans qualifiés et disponibles près de chez vous

Faites une demande de devis en quelques secondes et recevez des estimations d’artisans expérimentés dans l’isolation phonique. 

Contactez un professionnel 

 

Que pensez-vous de cet article ?