Isoler les sols du rez-de-chaussée sur vide-sanitaire

Isolation du sol vide

Tous les types de sol doivent être isolés pour réduire les coûts de chauffage et améliorer le confort thermique et en priorité ceux du rez-de-chaussée. Sur vide-sanitaire accessible ou sur sous-sol non chauffé, l’isolation peut être réalisée en sous-face ou en surface.

On appelle vide-sanitaire, l’espace situé entre le sol et le plancher de la maison. Son rôle est d’isoler la maison. Selon la façon dont a été construite l’habitation, il peut être accessible ou non.

Le principe est de privilégier l’isolation en sous-face

  • Sur un vide-sanitaire accessible, un sous-sol non chauffé ou au-dessus d’une cave, seule la partie supérieure du plancher du rez-de-chaussée ou plancher bas donne sur une pièce à vivre donc généralement chauffée. La partie inférieure est la plupart du temps non chauffé. La perte de chaleur est donc importante et peut entraîner jusqu’à 10 % de déperditions thermiques.
  • Une réfection des sols ou l’installation d’un plancher chauffant peut être l’occasion d’entamer des travaux d’isolation si vous désirez les effectuer par le dessus.
  • L’idéal est d’isoler en sous-face, c’est-à-dire par en dessous du plancher de la maison, ce qui évite de surélever le niveau des pièces habitables. Les travaux sont aussi plus faciles à réaliser et moins dérangeants.

Les différentes techniques d’isolation 

  • La technique d’isolation du sol du rez-de-chaussée sur vide-sanitaire en sous-face s’opère soit grâce à des panneaux isolants à fixer ou à coller, soit par la création d’un plafond suspendu ou d’un faux plafond dans le sous-sol dans lequel on insère de la mousse ou par la projection de fibres minérales au plafond du sous-sol.
  • La pose d’un pare-vapeur empêche la condensation au niveau du plancher.
  • Lorsque le vide-sanitaire est difficilement accessible, on fait souvent le choix d’un remplissage par un isolant léger sous forme de billes.
  • Les sols des pièces situées au-dessus de ce sous-sol ou de ce vide-sanitaire accessible, peuvent être ensuite recouverts d’un revêtement de finition comme un parquet flottant qui crée une lame d’air supplémentaire, limitant encore les pertes de chaleur.
  • L’isolation en surface consiste à poser un isolant sur le sol du rez-de-chaussée sur lequel vous marchez, soit sur le revêtement déjà existant, soit après l’avoir déposé. Les panneaux rigides sont alors les plus faciles à mettre en œuvre. Mais cela peut entraîner une diminution de la hauteur sous plafond et quelques problèmes d’adaptation au niveau des fenêtres et des radiateurs s’il y en a dans la pièce.
  • Il est important de travailler sur une surface lisse et plane afin de faciliter l’adhérence de l’isolant et faire en sorte que les panneaux soient bien plans et jointifs. Il faut nettoyer le sol existant, éventuellement boucher les trous et égaliser la surface afin de l’assainir.

 Quels isolants choisir pour l’isolation du sol ? 

Le choix de l’isolant est déterminant pour des résultats thermiques optimum. Plus le R est élevé, plus le matériau est isolant. 5 à 10 cm d’épaisseur sont conseillés pour assurer une bonne performance thermique.

  • Les plaques de liège sont parfaites pour ce type d’utilisation car elles résistent bien à l’humidité.
  • Si vous utilisez de la laine de verre, il faut absolument installer des plaques de plâtre par-dessus pour éviter qu’elles soient en contact avec l’humidité.
  • Ce sont des granulés isolants en polystyrène expansés qui sont généralement utilisés pour combler un vide-sanitaire difficilement accessible.

Avantages et inconvénients