Cheminées bio-éthanol : privilégiez la norme

La cheminée bio-éthanol crée l’ambiance dans une pièce  et ne nécessite aucun raccordement à un conduit de fumée mais ne chauffe quasiment pas. En outre, elle compte nombre de détracteurs qui dénoncent des taux de monoxyde de carbone, d’oxyde d’azote et de COV (Composés Organiques Volatils) dus à la combustion de l’éthanol, pourtant plutôt écologique puisqu’issu de betteraves ou de céréales distillées. Il est vrai qu’à ses débuts dans les années 1990, il y eut beaucoup de dérives mais une norme de juillet 2009 réglemente désormais le marché et met l’accent sur la sécurité des appareils. Il faut donc choisir sa cheminée bio-éthanol parmi les modèles répondant à cette norme de référence : NF-D35-386. Cette norme Afnor détermine les caractéristiques, les méthodes d’essai et le marquage des appareils non raccordés à un conduit d’évacuation des fumées.

Afin d’utiliser une cheminée bio-éthanol en toute sécurité, il est conseillé de choisir un appareil avec un détecteur de CO2 intégré qui coupe automatiquement la combustion en cas de production anormale de monoxyde de carbone. Certaines cheminées disposent également d’un blocage de la trappe de remplissage lorsque l’appareil est encore chaud.

Si la capacité du réservoir de la cheminée dépasse 0,25 litres, celle-ci doit être fixée ou encastrée dans un mur ou un bâti fixe ou être équipée d’un dispositif de sécurité qui stoppe la combustion en cas de renversement ou de chocs.

Il y a certaines choses à éviter : acheter des appareils d’occasion risquant de ne pas être à la norme Afnor, utiliser un autre produit que celui prescrit par le fabricant (l’éthanol 85 est strictement réservé aux voitures), ne pas laisser un enfant seul dans une pièce où fonctionne une cheminée bio-éthanol. De même, évitez de stocker le produit à la portée des enfants car celui-ci est hautement inflammable et se présente sous une forme liquide en bidon. Pour le stockage, le choix d’une pièce fraîche est recommandée.