Questions/Réponses

Extension latérale : Quelle essence de bois choisir pour créer l’ossature ?

Pour des raisons pratiques mais aussi écologiques, le bois est de plus en plus souvent utilisé dans la création d’une ossature bois, dans le cadre d’une extension latérale. Si l’on veut vraiment privilégier une démarche durable, il faut opter pour des essences de bois locales, se trouvant à proximité du lieu de construction. Cela permet de réduire le coût de transport et l’empreinte carbone.

Quatre types de bois sont les plus répandus en France : le pin Douglas présent dans le Centre, l’épicéa dans l’Est, le pin maritime dans l’Ouest et le chêne, présent un peu partout sur l’Hexagone.

Épicéa et pin : les bois les plus économiques

Les deux types d’essences sont les plus souvent utilisés pour la structure en raison de leur faible coût.

  • L’épicéa doit être employé à l’abri des intempéries car c’est celui qui résiste le moins à l’humidité. En revanche, c’est le plus léger et donc le plus facile à mettre en œuvre.
  • Le pin maritime réagit mieux aux différences hygrométriques, d’autant plus s’il est traité avant la pose.

Les essences de bois plus résistantes

  • Le pin Douglas, naturellement imputrescible, est celui qui résiste le mieux aux intempéries. Sa couleur naturelle, tendant vers le rouge, est chaleureuse. C’est pour cela qu’en plus des structures, il habille souvent les constructions, quand il est transformé en bardages.
  • Le chêne a une renommée de dureté et de résistance et peut être employé comme structure mais c’est l’essence la plus lourde et la plus onéreuse.
  • Moins souvent employé mais présent sur le territoire français, le mélèze promet une très grande résistance à l’humidité sans nécessiter de traitement et possède une teinte brun clair naturelle.

A savoir :

Les notions esthétiques du bois font l’objet d’un classement : un bois classé d’aspect 2 est largement suffisant pour la réalisation d’une structure non visible. Il est plus intéressant de s’intéresser à la résistance mécanique, sapin, épicéa et mélèze étant classé C30, Douglas C24, chêne D35. Plus le chiffre est élevé, plus le bois résiste à la pression. Pour une ossature bois, la résistance à la pression doit au moins être du C24.

 

Inutile de choisir une essence exotique, à réserver pour la création d’une terrasse !