NRA : la nouvelle réglementation acoustique

Toutes les habitations dont le permis de construire a été déposé à compter du 1er janvier 2000 doivent se conformer à la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA), dont l’objectif est de réduire les nuisances sonores à l’intérieur d’un logement. Explications.

Cette réglementation acoustique oblige les constructeurs et promoteurs à une obligation de résultat in situ, c’est-à-dire en situation réelle. Les restrictions ne concernent non pas les matériaux isolants utilisés en tant que tels (c’est-à-dire leurs performances testées en laboratoire), mais bien la performance acoustique des bâtiments une fois construits (donc en situation réelle).

La NRA fixe des objectifs précis exprimés en décibels (dB) concernant les bruits provenant de l’extérieur mais aussi ceux générés et qui pourraient gêner les occupants. Depuis 2000, les exigences d’isolation acoustique ont été renforcées : le Comité Européen de normalisation a établi les mêmes caractéristiques de performances acoustiques pour l’ensemble des logements dans les pays de la communauté européenne.

  • L’isolement aux bruits aériens provenant de l’extérieur (trafics routier, ferroviaire, aérien) doit être égal ou supérieur à 30 dB.
  • L’isolement aux bruits aériens intérieurs doit être supérieur ou égal à 50 dB, 53 dB, 55 dB ou 58 dB en fonction de la nature des pièces (le seuil le plus bas concerne la cuisine et les salles d’eau).
  • Les bruits d’impact reçus ne peuvent dépasser 58 dB (dans les pièces principales).
  • Les bruits d’équipement (appareils individuels de chauffage ou de climatisation, VMC) sont limités à 35 dB (A) dans une pièce de vie et à 50 dB(A) * dans une cuisine fermée ou une salle d’eau.

Cependant, l’isolement des bruits en façades (bruits aériens provenant de l’extérieur) peut atteindre jusqu’à 45 dB en fonction du niveau de bruit environnant. En effet, les bâtiments sont hiérarchisés en 5 classes d’exposition, de BR1 à BR5. Celles-ci correspondent à des zones définies en fonction du niveau de bruit engendré par les infrastructures de transports telles que : les routes et rues, les voies de chemin de fer, les lignes de transport en commun (existantes et à venir) et une partie du réseau routier (les autoroutes, une grande partie des routes nationales, certains sections de routes départementales, certaines voies communales dans les grandes agglomérations)… Ce classement sonore est ratifié par arrêté préfectoral.

  • Les bâtiments d’habitation classés BR1 ont un niveau sonore environnant supérieur à 81 dB et doivent disposer d’une isolation en façades minimale de 45 dB.
  • Les bâtiments d’habitation classés BR2 ont un niveau sonore environnant compris entre 76 et 81 dB et doivent disposer d’une isolation en façades minimale de 42 dB.
  • Les bâtiments d’habitation classés BR3 ont un niveau sonore environnant compris entre 70 et 76 dB et doivent disposer d’une isolation en façades minimale de 38 dB.
  • Les bâtiments d’habitation classés BR4 ont un niveau sonore environnant compris entre 65 et 70 dB et doivent disposer d’une isolation en façades minimale de 35 dB.
  • Les bâtiments d’habitation classés BR5 ont un niveau sonore environnant compris entre 60 et 65 dB et doivent disposer d’une isolation en façades minimale de 30 dB.

*La valeur dB(A)  indique les décibels pondérés : cette mesure prend en considération la sensibilité moyenne de l’ouïe humaine à un faible niveau sonore. Elle correspond en somme au volume sonore perçue par l’oreille.