Mieux comprendre la norme DTU 24.1

Réglementant les conduits d’évacuation des fumées desservant un ou plusieurs appareils de chauffage, la norme DTU 24.1 précise les règles de conception et de mise en œuvre de ces conduits afin que celles-ci soient effectuées dans les règles de l’art pour éviter tous types d’incidents ou d’accidents.

Changez votre chauffage

  • La norme DTU 24.1, dont les textes sont consultables à l’AFNOR et au CSTB, est un document normatif de référence dans le domaine de l’installation des conduits de fumées et ouvrages de fumisterie. Elle s’applique pour l’évacuation des fumées provenant du fonctionnement d’une chaudière, d’un poêle, d’un insert ou d’un foyer ouvert et concerne tous types de combustibles : gaz, fioul, bois, sans limite de puissance.
  • Elle traite également des travaux d’entretien, du ramonage, du contrôle et de la vérification des conduits après, par exemple, un éventuel feu de cheminée et comprend trois parties : Règles Générales, Règles Spécifiques pour l’installation des appareils à gaz de type B et un cahier des Clauses Spéciales administratives destinées au neuf et la réhabilitation.
  • Plus concrètement, elle donne de nombreuses indications comme la distinction entre un conduit en pression ou en dépression (tirage naturel), un conduit en situation intérieure ou extérieure, ses composants, le coffrage ou le placement dans une gaine, le tubage et la distance de sécurité à respecter.
  • Les composants sont évalués selon 6 critères : la température, la pression, la résistance aux condensats, la résistance à la corrosion, la résistance au feu de cheminée et la distance de sécurité.
  • Elle impose également de vérifier la dimension du conduit selon la norme NF EN 13384-1 pour un appareil raccordé et NF EN 13384-2 pour plusieurs appareils raccordés.

La norme DTU 24.1 plus en détail

Distance de sécurité : C’est la distance minimale que l’installateur doit respecter entre la face extérieure du conduit de cheminée et tous les matériaux combustibles adjacents.

Le conduit doit déboucher à au moins 0,40 m au-dessus du faîtage du toit et de toute partie distante de moins de 8 mètres.

Prolongement haut et bas d’un conduit de fumées métallique existant : Il doit être réalisé avec les mêmes composants que le conduit existant afin d’assurer une continuité du montage.

Dimensionnement : Le plus petit diamètre nominal d’un conduit de section circulaire ne doit pas être inférieur à 180 mm pour un foyer ouvert et 150 mm pour un insert.

Le tracé  : Il doit être le plus simple et le plus court possible, avec deux dévoiements maximum, sans excéder 45° avec la verticale.

Le raccordement : Sa longueur doit être de 3 mètres maximum. Pas plus de 2 coudes qui doivent être de 90° maximum pour tous les appareils sauf pour les inserts pour lesquels les coudes sont limités à 45° maximum. L’étanchéité doit être compatible avec l’appareil de combustion. La section du conduit doit être égale ou supérieure à la section intérieure de la buse de l’appareil de combustion. En cas de traversée d’étages, il y a obligation de matériaux classés M0 ou M1 incombustibles. Cette traversée, si elle a lieu, doit permettre la libre dilatation des conduits.

Le tubage : Avant de tuber, la norme DTU 24.1 impose de ramoner le conduit d’évacuation des fumées. Elle exige aussi d’effectuer le tubage sur toute la longueur du conduit. Il est interdit de tuber sur une seule partie du parcours du conduit. Chaque conduit doit être accessible pour l’entretien obligatoire et pour le ramonage. Enfin, un test d’étanchéité des conduits doit être réalisé tous les 3 ans.

Plaque signalétique : L’installateur doit apposer une plaque signalétique sur le conduit ou à proximité de celui-ci pour indiquer ses caractéristiques techniques.

Que pensez-vous de cet article ?