Le vitrage chauffant

Vitrage chauffant

Le vitrage chauffant est apparu sur le marché français fin 2013. Encore tout jeune en tant que solution de chauffage, il ne manque pas d’atouts.


Un mode de fonctionnement simple et adaptable


Plusieurs étapes permettent de transformer un vitrage en vitrage aux vertus chauffantes. Tout d’abord, une couche de microparticules métalliques, invisibles à l’œil nu, est apposée sur la paroi interne de la vitre. Ensuite, un courant basse tension est appliqué, afin que le revêtement agisse telle une résistance chauffante émettant une chaleur douce et homogène (entre 20° et 45°) qui rayonne vers l’intérieur de la pièce. Pour empêcher toute brûlure, la vitre intérieure ne peut en effet dépasser 45°. Ainsi, elle ne représente aucun danger, les enfants peuvent sans approcher sans risque, contrairement à un convecte

Vitrage-Eglas-Saint-Gobain
Vitrage Eglas Saint Gobain

ur électrique ou à un radiateur en fonte, par exemple, dont la surface peut atteindre jusqu’à environ 80°.
La vitre chauffante est toujours « trempée » et s’avère ainsi 5 fois plus résistante qu’une vitre recuite classique. En cas de bris, le verre se fragmente en petits morceaux, limitant ainsi le risque de coupure.
La contre-face est généralement en verre recuit, trempé ou feuilleté et l’alimentation électrique se trouve cachée dans les profilés pour assurer son invisibilité à l’œil nu. Ainsi, le vitrage chauffant ne présente, en apparence, aucune différence avec un vitrage classique. De plus, compatible avec la plupart des châssis de fenêtres (acier, aluminium, PVC, bois), il peut être installé non seulement sur des fenêtres, mais également en façades ou en toiture. Ce système ingénieux permet également une installation sur des châssis fixes, ouvrants ou coulissants.

 

 

Un système de chauffage à part entière… et sain !


Le vitrage chauffant fait la promesse suivante : assurer confort thermique, performance énergétique et sécurité. Complètement intégré, ce système ne se contente pas de chauffer l’air comme un convecteur classique mais diffuse une chaleur qui enveloppe les murs, les sols et les plafonds. Son premier avantage est donc de pouvoir se substituer à un système de chauffage, principal ou d’appoint moins économe et moins écologique.
En outre, ce système réduit les problèmes liés aux courants d’air et au déplacement des poussières, problématiques induites par le chauffage à convection. Comme le vitrage chauffant chauffe aussi bien les murs que les sols et les plafonds, les surfaces sont plus sèches et isolent mieux : le taux d’humidité intérieur en est réduit. Placé dans une pièce humide, le vitrage chauffant réduit la condensation et élimine en grande partie les éventuelles moisissures.

Ce second avantage majeur permet ainsi un air plus sain et une concentration en allergènes réduite. De plus, le système de vitrage chauffant est compatible avec d’autres options dont peuvent disposer les vitrages traditionnels. Ainsi, il est tout à fait possible de combiner vitrage chauffant et renforcement thermique, isolation phonique, ou système auto-nettoyant. Il est même possible d’intégrer un système d’alarme permettant d’être alerté directement à distance en cas de bris de glace, donc de risque d’intrusion.

Trois modes de fonctionnement possibles

Avec le vitrage chauffant, trois modes peuvent être proposés :

  • Le mode « confort » : régulateur et sonde intégrés permettent de supprimer la sensation de paroi froide, d’apporter un complément de chauffage tout en annulant la condensation.
  • Le mode « grand confort » offre une solution de chauffage principal grâce à un thermostat d’ambiance radio ou filaire.
  • Le mode « confort absolu » permet également de disposer d’une solution de chauffage principal grâce à un thermostat d’ambiance ou filaire mais aussi d’un régulateur et d’une sonde sur vitrage permettant la régulation permanente de la température du verre.

Ainsi, le vitrage chauffant permet une baisse des consignes de chauffe de 2 à 3 degrés par rapport à toute autre solution de chauffage. Or, lorsque l’on sait que chaque degré en moins permet de réaliser 7% d’économie sur la facture énergétique, cette solution s’avère rapidement très intéressante. C’est pourquoi un logement équipé de vitrage chauffant peut réduire jusqu’à 30% de ses consommations énergétiques grâce à une gestion intelligente du système (programmation, capteurs d’ouverture, détecteurs de présence…).

Un système « intelligent »


En effet, la température d’une vitre chauffante peut être aisément régulée grâce à un thermostat d’ambiance. Ce type de vitrage, « intelligent », permet donc de réguler la température souhaitée selon les paramètres préenregistrés grâce à des sondes intégrées. Équipé d’un programmateur ou de capteurs détectant notamment l’ouverture de la fenêtre, le vitrage chauffant promet 30% d’économies sur la facture. En effet, il évite les déperditions de chaleur et dispose d’une surface de rayonnement proportionnelle à la surface vitrée. On estime ainsi qu’au sein d’une maison bien isolée, conformément à la réglementation thermique en cours, une paroi équipée d’un vitrage chauffant de 5 m2 suffirait à chauffer une pièce d’environ 20 m2.

Invisible et enveloppant, le vitrage chauffant est donc un système nouvelle génération encore très récent sur le marché en France et, à ce titre, très cher. Il faut débourser, en moyenne, entre 800 et 1000€ le mètre carré hors châssis, contre 100 à 300 € pour un double vitrage classique. Par ailleurs, son installation demeure encore la chasse-gardée d’un petit nombre d’installateurs agréés.
Ce produit très haut de gamme est néanmoins amené à se démocratiser dans les habitats domestiques dans les années à venir, permettant ainsi d’offrir des coûts un peu moins élevés.