Les différents matériaux pour poêle à bois

Poêle à bois

Le poêle à bois a la cote grâce à des modèles plus performants, plus écologiques et économiques !  Les poêles en fonte ou en acier sont les plus populaires mais d’autres matériaux tout aussi efficaces existent.

Guide Chauffage Bois

Le poêle en bois en fonte : idéal pour les grandes pièces

La fonte est prisée car elle offre robustesse, excellente conservation thermique et diffusion homogène de la chaleur. De ce fait, ce matériau offre de bonnes perspectives d’économies de combustible.

Si la fonte met un peu de temps à stocker la chaleur, elle la restitue en revanche de manière homogène et progressive, d’où son utilisation traditionnelle pour la fabrication des poêles à bois, mais aussi d’autres appareils de chauffage tels que les radiateurs. De ce fait, les poêles à bois en fonte restituent idéalement la chaleur pour les grandes pièces. 

Il peut donc être utilisé comme chauffage d’appoint sur la durée ou bien en tant que chauffage principal qui peut alors être complété par un autre mode de chauffage.

Ce matériau lourd (le poêle en fonte peut peser jusqu’à 100 kg) nécessite de vérifier au préalable, que le sol peut supporter son installation.

Le poêle à bois en acier pour les petits espaces

Modèle en acier Invicta

Plus léger et plus facile à travailler, l’acier est l’allié des modèles design. Moins cher à l’achat, ce matériau s’est rapidement démocratisé sur le marché des poêles à bois.

Offrant une montée en température rapide, le poêle en acier restitue également immédiatement la chaleur. Si certains estiment que le poêle à bois en acier est légèrement moins performant sur ce point, en réalité il y a peu de différences de performances, en termes de solidité comme d’efficacité, entre les modèles en acier et les modèles en fonte.

On privilégiera néanmoins un poêle en acier pour une montée en température rapide, donc idéal en appoint ou dans une résidence secondaire, par exemple. C’est également un matériau adapté pour chauffer les petits espaces (surface de chauffe de 35 à 75m2).

Certains fabricants proposent, par ailleurs, une solution mixte dans des modèles actuels mariant ces deux matériaux.

La brique réfractaire et la pierre ollaire, au service du confort thermique

L’intérieur du poêle à bois est aussi traditionnellement en fonte, mais il peut revêtir d’autres matériaux, sous formes de briques dites réfractaires, c’est-à-dire capables de résister aux contraintes thermiques et aux phénomènes physiques induits par les échanges de chaleur et les variations de température. Ces briques réfractaires sont utilisées pour l’habillage des parois internes du poêle.

TULIKIVI-modele-Kaira-exemple-de-modele-en-steatite
Modèle en steatite Tulikivi

Moins résistante aux chocs que la fonte, la brique réfractaire est une pièce d’usure et devra donc être remplacée mais son remplacement est peu onéreux. Par ailleurs, elle permet de réaliser des appareils un peu plus légers.

La pierre  ollaire également appelée stéatite, est de plus en plus utilisée, notamment en association avec une structure en fonte. L’habillage en stéatite est prisé pour son atout esthétique, arborant une couleur grise légèrement veinée et un toucher satiné.

Elle permet au poêle de stocker la chaleur puis de la restituer, même longtemps après l’extinction du feu et renforce les qualités de la fonte. Réputés pour leurs hivers rigoureux, les pays scandinaves ont tiré profit depuis longtemps des qualités de cette pierre pour résister aux périodes de grand froid.

Ainsi, certains modèles proposés aujourd’hui, appelés poêles à accumulation, sont entièrement composés de pierre ollaire. Ils offrent jusqu’à une demi-journée de chauffe pour seulement 2h de combustion ! Leur atout principal : ils chauffent 8 fois plus que la brique et retiennent très longtemps la chaleur pour mieux la restituer. Longue à monter en température, la pierre ollaire restitue la chaleur encore plus longtemps que la fonte et est donc idéale en chauffage principal.