Le concept du jardin sans eau

jardin sans eau

Le jardin sans eau ou sec est aussi appelé « xéropaysagisme ». Ce nom provenant du grec – « xeros » signifiant « sec » – répond à un idéal d’économie d’eau. En pratique, il est possible de diminuer drastiquement la consommation d’eau pour l’entretien de ce type de jardin, voire de s’en passer totalement.

Le jardin sans eau: une démarche écologique

Le jardin sans eau répond parfaitement à la problématique d’économie de l’eau. Le jardin traditionnel requiert notamment arrosage et engrais, des gestes en apparence anodins mais en réalité peu écologiques.  Avec un jardin sans eau, il est possible de disposer d’un espace vert très peu gourmand en eau. La condition ? Bien connaître la nature de son terrain et de s’adapter aux conditions climatiques de votre région. Vous pourrez alors choisir la végétation idéale pour votre jardin sans eau.

Ne choisir que des espèces de sa région

Avant de se lancer dans la création d’un jardin sans eau, il convient de se renseigner sur la nature du terrain. La qualité du sol, mais aussi les conditions climatiques, qui ont toute leur importance.
Apprenez donc à connaître les spécificités de votre région. Alors, vous pourrez choisir les plantes en fonction de ces données.

Privilégiez les espèces les moins gourmandes en eau et en nutriments. Par exemple, le site Internet de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) vous donnera des indications sur les plantes les plus adaptées. Si possible, choisissez des espèces qui se développent naturellement dans des conditions qui correspondent à celles de votre terrain. En théorie donc, rien ne vous empêche de créer un jardin sec même si vous ne vivez pas dans le sud de la France. Il trouvera sa place sur un sol sablonneux, caillouteux ou rocheux ou bien sur une pente rocheuse.

A quoi ressemble un jardin sans eau ?

Qui dit jardin sans eau ne dit pas jardin triste. Bien au contraire, il évolue naturellement au fil des saisons. Préférez les plantes indigènes, c’est-à-dire typiques de la région dans laquelle vous vivez. Ainsi, en région froide choisissez des plantes résistantes. En général, les espèces alpines ou méditerranéennes, mais aussi les espèces de zones rocheuses, de falaises ou encore les espèces maritimes font partie des plantes peu assoiffées. Une fois leurs racines profondément ancrées, elles résisteront à la sécheresse.

Par exemple, selon votre région, vous pouvez constituer votre jardin sec avec des essences telles que l’arbousier, le pistachier, le cyprès ou l’olivier. Un jardin sans eau vous offrira aussi la possibilité de disposer de vos propres plantes aromatiques, comme le thym, le laurier, le romarin, la marjolaine ou encore la lavande. Enfin, un jardin sec est généralement abondant en éléments minéraux : cailloux ou rochers donnent le ton.

L’entretien limité du jardin sans eau

Plantes vivaces, arbustes et arbres constituent donc une flore variée pour un jardin sans eau esthétique. Les amateurs de gazon peuvent recourir à des végétaux couvre-sol qui donneront à leur jardin la couleur verte tant désirée. Il s’agit généralement de plantes vivaces placées côte à côte dont la croissance à l’horizontal permet de former un tapis vert. Leur avantage : elles n’exigent qu’un arrosage très occasionnel et une tonte une à deux fois par an maximum. 

En effet, le jardin sec est facile à entretenir. On peut opter pour du paillage minéral comme du gravier pour éviter la pousse de mauvaises herbes. Dans un jardin sans eau, l’arrosage est, par définition, inexistant (ou très limité selon les plantes). Les plantes vivaces sont résistantes à la sécheresse. Quant aux espèces aromatiques telles la lavande, elles nécessitent seulement une taille annuelle.

Rappelez-vous que l’adaptation des plantes au terrain et au climat est le premier critère à évaluer. Préparez votre jardin à la saison automnale, en début de période humide. Si le sol n’est pas assez drainé, ajoutez sable et cailloux pour offrir à la végétation un environnement proche de son milieu naturel. Si vous n’avez pas la main verte, le mieux est de vous faire accompagner par un paysagiste spécialisé dans les jardins secs pour l’imaginer ensemble. Ensuite, entretien minimum garanti. Il n’y a plus qu’à profiter !