Chauffage au bois et écologie, le sujet qui fâche !

bois chauffage ecologie

En France, 8 millions de foyers ont choisi une solution de chauffage au bois, première source d’énergie renouvelable exploitée en France. Souvent présenté comme une alternative aux énergies fossiles, le chauffage au bois est -il vraiment eco-friendly ?

Guide chauffage bois

Le bois : un mode de chauffage économique et naturel

Contrairement aux énergies fossiles, le bois a l’avantage de proposer un prix stable. Un argument économique qui incite de plus en plus de Français à choisir le chauffage au bois. Mais Que se passe-t-il quand le bois brûle dans nos chauffages bois ?

  • Tout d’abord, quand le bois sèche : sous l’effet de la chaleur, l’eau remonte à la surface et s’évapore en produisant un peu de chaleur à son tour (chaleur latente).
  • Ensuite, le bois lui-même s’évapore en particules fines (la pyrolyse) si la chaleur n’est pas assez élevée ou bien si les apports d’air sont insuffisants. Cela provoque alors l’apparition de ces fameuses particules polluantes.
  • En revanche, quand la température atteinte est suffisante, le bois se transforme progressivement en charbon pour brûler lentement et produire une chaleur importante.

La combustion parfaite d’un bois sec ne rejette que du CO2 et de la vapeur d’eau. Par ailleurs, le bois à l’état naturel, lors de sa décomposition rejette également le CO2 qu’il a emmagasiné tout au long de sa vie. 

Une énergie renouvelable grâce à une filière bien organisée

Grâce aux nombreuses innovations de cette dernière décennie, le chauffage au bois profite de tous les  bénéfices d’une énergie renouvelable et dispose d’une filière organisée, qui permet transparence et traçabilité.

Différents labels permettent de s’assurer que le bois acheté provient d’une forêt à la gestion durable. Parmi ces labels, la NF Bois de Chauffe garantit cette durabilité du bois, en promettant la régénération du cycle du bois dans les forêts, qui est ainsi neutre en émissions de carbone ; il consomme autant de CO2 pour sa croissance qu’il n’en rejettera lors de sa combustion (ou en pourrissant à l’état naturel).

Les appareils nouvelle génération : la solution ?

Présenté comme un matériau durable, le chauffage au bois serait tout de même responsable d’environ 39% des particules fines, source de pollution et de 30% des émissions de monoxyde de carbone. Pourtant, l’ADEME l’assure : « le bois doit fortement contribuer aux objectifs climatiques et énergétiques du pays, avec, comme ambition, de porter à 9 millions le nombre de logements chauffés au bois d’ici à 2020 ». Comment expliquer ce paradoxe ? Près de la moitié des utilisateurs de chauffage bois dispose d’un appareil de plus de 10 ans ou bien d’un foyer ouvert non performant,

Le renouvellement des systèmes de chauffage bois anciens par les nouveaux appareils permettrait de réduire l’impact négatif de la combustion du bois. L’utilisation d’un bois labellisé, assurant une gestion durable des forêts et si possible provenant d’un circuit proche de chez soi (pour limiter ainsi les pollutions liées au transport) est une condition primordiale pour s’assurer d’utiliser une énergie renouvelable.

De plus, en acquérant une chaudière ou un poêle à bois nouvelle génération (à granulés ou à bûches) vous pourrez bénéficier d’aides financières de l’État.