Toiture : à chaque région son inclinaison

Si en France, le type de toiture le plus répandu est la toiture en pente, l’inclinaison dépend des régions. Mais surtout de la localisation de la maison et des matériaux utilisés pour le recouvrement. Comment déterminer la bonne pente ? Quelles sont les normes à respecter ?

Guide Toiture 

Certains critères déterminent précisément l’inclinaison du toit d’une maison : les différentes zones climatiques, les vents dominants, le risque d’intempéries et notamment la pluie puisqu’il faut veiller à son bon écoulement.

La pente du toit dépend aussi des dimensions de la maison, de la largeur du toit, du nombre de versants et de la hauteur du pignon. Autant dire que le calcul de cette pente n’est pas évident et il est préférable de faire appel à un professionnel comme un couvreur ou un architecte pour être certain de la bonne inclinaison de votre toiture.

Trois zones climatiques définissent la bonne inclinaison du toit:

  • Zone 1 : Elle concerne les maisons situées dans l’arrière pays, à plus de 40 km des côtes et à moins de 200 m au-dessus du niveau de la mer.
  • Zone 2 : La maison se situe entre 20 et 40 km des côtes et entre 200 et 500 m au-dessus du niveau de la mer.
  • Zone 3 : Les habitations se trouvent à moins de 20 km des côtes et se situent à plus de 500 m au-dessus du niveau de la mer.

L’inclinaison du toit dépend de trois situations

  • La situation protégée indique que votre maison est au fond d’une cuvette et entourée de collines et/ou de végétations qui la protègent du vent. Les habitations partiellement entourées et mises à l’abri des vents dominants sont également en zone protégée.
  • La situation normale concerne les maisons situées sur un plateau ou au milieu d’une plaine et sont un peu plus exposées que les précédentes.
  • La situation exposée est celle des maisons se situant en première ligne lorsqu’il y a des intempéries : bord de mer, îles, sommet des falaises, vallées étroites dans lesquelles le vent s’engouffre.

Les matériaux choisis impactent sur l’inclinaison du toit

Les pentes minimales admissibles varient aussi en fonction des matériaux utilisés. ces normes s’appliquent à des longueurs de toiture n’excédant pas 12 mètres en projection horizontale.

  • Un toit en tuiles doit disposer d’une pente d’un minimum de 20 %.
  • Un toit en shingle peut s’accommoder d’un toit très en pente mais en revanche exige un minimum d’inclinaison de 20 %.
  • Le chaume ne peut être posé que sur une toiture dont la pente est égale à 40 %.

Attention : Il ne faut pas confondre pente minimale et pente recommandée. La pente minimale n’est pas forcément suffisante selon la situation de votre maison.

A savoir :

Sachez qu’une toiture plate est en réalité légèrement inclinée pour éviter que l’eau ne stagne. Son inclinaison est en général de 1 à 2 %, jusqu’à 5 % pour les toitures de grandes dimensions.

 

Que pensez-vous de cet article ?