A chaque région ses façades !

couleur de façade

Chaque collectivité a sa propre réglementation et fixe les couleurs des façades qui sont permises. C’est la commune de résidence qui décide de la palette de couleurs autorisées pour les façades, y compris les volets. Cette contrainte permet de conserver une harmonie architecturale. 

Guide du ravalement de façade 

Des couleurs soutenues au Nord, neutralité en Ile-de-France

  • Les Hauts-de-France qui regroupent désormais le Nord et la Picardie, est une région réputée pour ses maisons en brique rouge. Les façades sont parfois repeintes dans une teinte encore plus soutenue que la brique, affichant un rouge très vif. Aujourd’hui, les façades claires, blanchies à la chaux, sont privilégiées et côtoient ainsi les façades traditionnelles.
  • En Ile-de-France, les façades sont traditionnellement en pierre de taille issue des carrières locales. Leur aspect blanc – parfois marron – se marie aux toitures grises, majoritairement en zinc, dans la tradition haussmannienne à Paris. L’usage de la couleur marque davantage les architectures rurales où les bâtiments arborent des teintes de terre, de pigments naturels et d’ocre.

Normandie et Bretagne : couleurs naturelles

  • En Normandie, région réputée pour ses maisons en colombages, les structures en bois sombre s’associent aux briques et aux pierres de calcaire blanc.
  • Près de la Manche, les constructions en roches granitiques arborent diverses teintes de gris.
  • La Bretagne affiche des façades crépies et blanchies à la chaux sur le littoral. A l’intérieur des terres, les couleurs se veulent plus neutres, présentant des harmonies de gris, de bleu, de violet, de rose, de mauve et de noir. Dans les zones des marais, la terre et l’argile donnent une teinte brune naturelle aux façades extérieures.

Façades claires dans le Centre Val de Loire et les Pays de la Loire 

  • Le Centre arbore des façades contrastées qui alternent les bâtiments en calcaire, issu des carrières locales, et en briques. Les façades jouent ainsi l’harmonie de gris chaleureux, de rose, de beige clair, de grège et d’ocre clair.
  • Dans les Pays-de-la-Loire, les façades se déclinent dans toute une palette de blancs calcaire, issus des carrières locales de craie et de tuffeau.
  • En Vendée, les granits rose et gris viennent agrémenter cette palette de couleurs. Mais dans certaines villes vendéennes de bord de mer, on trouve des maisons dignes des cartes postales : les façades blanches contrastent avec des volets  colorés, souvent bleus. Dans d’autres villes, la couleur naturelle de l’enduit peut être préservée.

Nouvelle Aquitaine et Auvergne Rhône-Alpes : teintes naturelles et chaleureuses

  • L’ex-région Poitou-Charentes se caractérise par des façades aux teintes blondes légèrement ocrées, à base de terre argileuse. Capitale de l’Aquitaine, Bordeaux arbore une architecture classique et sobre, caractérisée par la pierre de Gironde. Les menuiseries claires s’harmonisent avec cette pierre de la région.
  • Au Pays Basque, les façades blanches des maisons offrent un contraste avec les pans de bois peints dans des couleurs saturées tels que le bleu de Navarre, le rouge basque, propre à cette zone géographique, et le vert sapin.
  • Dans le Limousin, les façades arborent des teintes calcaires ou de grès jaune. C’est le cas notamment dans le Périgord où les elles se parent de teintes doucement ocrées.
  • En Auvergne également, les tons grès, rouge, argile, la chaux et le galet permettent une grande diversité de façades.
  • En Rhône-Alpes, les matériaux les plus utilisés étant la pierre et le bois, les façades affichent des tons naturels. Ainsi, les bardages se patinent de jolies teintes de brun tirant sur le gris foncé. Le granit est également une pierre de la région.
  • Dans la Vallée du Rhône, les façades affichent des teintes de terre brune aux teintes blondes et claires.

Occitanie : la terre de couleurs

  • Regroupant les anciennes régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, l’Occitanie affiche majoritairement des couleurs chaudes sur les façades des maisons. Chef-lieu de cette région, Toulouse n’est pas surnommée la Ville Rose pour rien ! Une multitude de façades affiche des variantes de rose. Mais pas seulement. On retrouve également des gris, gris bleus et gris verts, notamment sur certaines menuiseries des immeubles traditionnels. Terre de couleurs, la Provence aime les teintes vives et lumineuses : rouge sarde, bleus saphir et turquoise, ou encore vert olive contrastent avec le blanc de certains bâtiments. L’enduit ocre prédomine et propose un camaïeu de teintes caractéristiques de la région. Le doré, le rose, l’orangé et le rouge typique des terres du Roussillon donnent le ton !

Bourgogne- Franche-Comté et Grand Est : des façades épicées

  • Dans cette grande région, les façades aux tons soutenus sont de mise. De l’ocre brun à l’ocre doré, en passant par le jaune moutarde, les façades franc-comtoises se déclinent dans un dégradé de couleurs vives. Mais on trouve aussi une palette de teintes naturelles (brun chaud). En Bourgogne, la pierre de taille habille les façades de teintes minérales. Certaines façades sont même rosées, comme un reflet de l’histoire viticole de la région. Certaines façades en crépi affichent également des nuances naturelles de taupe.
  • La région Grand Est, qui regroupe désormais l’Alsace et la Lorraine, est célèbre pour ses maisons à pans de bois mais aussi pour la fantaisie de ses façades colorées. Le jaune, le rouge, le bleu ou encore le vert habillent ainsi les murs extérieurs.
  • En Lorraine, les bâtis sont plutôt en grès calcaire, les couleurs variant du jaune pâle à l’ocre.
  • Dans les Ardennes, on retrouve des teintes minérales enrichies de bruns et même des couleurs aux accents roux.

Les régions françaises sont chargées d’histoire et de traditions. La couleur des façades, plus ou moins contrastées ou harmonieuses selon les régions, en fait partie. Avant de mettre en œuvre le ravalement de la façade de votre maison et d’arrêter votre choix sur une couleur, renseignez-vous auprès de votre commune. Si certaines font preuve de plus de souplesse, d’autres ont une gamme bien arrêtée. C’est généralement le PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui stipule les couleurs autorisées et celles proscrites dans votre ville…

Que pensez-vous de cet article ?