La salle de bains adaptée : accessibilité et confort pour tous

salle de bains adaptée

La salle de bain est une pièce particulièrement dangereuse quand on prend de l’âge, notamment à cause des risques de glissade. Cette pièce incontournable de la maison, parfois étroite, peut être aménagée pour réduire les risques et rendre le quotidien moins contraignant.

Première étape : sécuriser la salle de bain

Avant toute chose, il est primordial de sécuriser la salle de bain pour éviter qu’il se transforme en terrain glissant.

  • Les sols doivent être antidérapants (cf article sols antidérapants). Vous pouvez opter, par exemple, pour un carrelage rugueux aux qualités antidérapantes. Un carrelage classique, une fois mouillé, est en effet très dangereux. Il est aussi possible de fixer des bandelettes antidérapantes sur le sol à la sortie de la douche, de même qu’il est possible d’opter pour un tapis de bain antiglisse. Mais ce dernier, mal positionné, peut favoriser les risques de chute…
  • De même, l’éclairage est important : il doit être puissant et homogène. A titre de comparaison : une personne âgée a besoin de 3 à 5 fois plus de lumière qu’un adolescent.  Installer un détecteur de présence à l’entrée de la pièce est également une bonne solution. Il permet l’allumage automatique des lumières sans intervention manuelle.

Deuxième étape : fluidifier la circulation

La circulation dans la salle de bain doit être optimisée, afin d’éviter les zones inaccessibles. C’est pourquoi il faut essayer de conserver au minimum un espace de 80 cm entre les éléments qui la composent. Pour une personne en fauteuil roulant, une aire libre de rotation d’au moins 150 cm de diamètre doit être dégagée pour favoriser la circulation. De même, on optera pour une porte coulissante qui ne nécessite aucun débattement. Elle permet un gain de place et plus de dégagement pour le passage du fauteuil. Dans ce cas, on prévoit aussi une largeur de porte minimale de 90 cm (au lieu des 80 cm standard).

Les toilettes PMR : surélevées et simples d’accès

Pour les personnes à mobilité réduite ou en fauteuil roulant, il est préférable d’intégrer les toilettes dans la salle de bain, plutôt que de les avoir dans une pièce séparée. Ainsi, tous les équipements sont situés à proximité, pour minimiser les déplacements. Une installation de WC PMR implique de surélever la cuvette. Placée de 45 à 50 cm au-dessus du sol, elle est plus accessible et libre de tout obstacle. Une barre de soutien peut être installée au mur afin d’en sécuriser l’accès. Il existe des barres de soutien rabattables qui permettent de gagner plus d’espace et de faciliter la circulation. La commande de chasse d’eau doit pouvoir être atteinte et actionnée facilement par l’utilisateur. Elle sera donc idéalement installée assez bas et de préférence sur le côté du WC.

Le lavabo PMR et accessoires : des hauteurs particulières à respecter

  • De son côté, le lavabo doit se placer à 80 ou 85 cm de hauteur maximum (bas du lavabo) et disposer, en-dessous, de 70 cm d’espace libre. Ce dégagement permet de placer une assise ou un fauteuil roulant. Cet espace est dégagé grâce au siphon décentré prévu sur ce type de modèle.
  • Pour la robinetterie, optez pour un mitigeur thermostatique qui délivre de l’eau à une température préréglée. C’est une solution pratique qui permet d’éviter les brûlures, risque auquel les seniors sont particulièrement exposés. Par ailleurs, une commande infrarouge peut permettre de déclencher l’eau sans contact, grâce à un détecteur de mouvement. Mais une commande manuelle peut aussi convenir. Dans ce cas, il est préférable de choisir un modèle adapté, à commande plus longue et ergonomique.
  • Les accessoires à proximité, tels que les miroirs d’appoint de type grossissants, peuvent être avec support extensible. Ainsi, on peut l’attirer vers soi sans solliciter le dos. Il existe aussi des miroirs inclinables. De même, les distributeurs de savon et essuie-main doivent être placés à une hauteur maximale de 130 cm pour en faciliter l’usage.

Installer une douche à l’italienne…

  • Dans une salle de bain adaptée pour les personnes âgées ou en fauteuil roulant, il est préférable d’opter pour une douche plutôt qu’une baignoire dont l’accès est plus compliqué. Les cabines de douche adaptées sont de plain-pied et de dimensions importantes, afin d’être accessibles aux personnes en fauteuil. L’ouverture frontale doit être de 80 cm minimum afin de permettre le passage d’une personne en fauteuil.
  • Pour les seniors, dans le cas d’une douche avec marche, celle-ci doit être de faible hauteur, d’un seuil maximal de 2 cm.
  • Une douche à l’italienne peut aussi convenir pour les seniors, comme pour les personnes en fauteuil ou à mobilité réduite. Pour les personnes âgées, il est utile d’équiper ces douches à l’italienne d’un siège antiglisse pour écarter les risques de chute.

Dans tous les cas, une douche PRM doit être équipée de barres d’appui, à fixer à 80 cm du sol. Pour les personnes à mobilité réduite ou en fauteuil roulant, il existe de multiples modèles de sièges de douche : rabattables, muraux, avec ou sans accoudoirs, anatomiques…. Mais il est aussi possible d’opter pour un banc de douche, aux dimensions plus larges pour faciliter l’assise et la toilette.

… ou rénover une baignoire existante

Il est parfois impossible de remplacer la baignoire par une douche, en fonction de la taille et de la configuration de la salle de bain.

  • Dans ce cas, il existe différentes solutions pour adapter la baignoire à l’usager. Par exemple, la baignoire à porte est une alternative à la baignoire classique. Sa porte permet d’entrer et de sortir en toute aisance. Cet équipement se décline en différents modèles. Certains intègrent déjà un siège pour faciliter l’autonomie des gestes et peuvent être complétés par une barre ergonomique.
  • Enfin, certains fabricants proposent des nouvelles solutions comme des systèmes deux-en-un, baignoires-douches. Ils permettent de profiter des avantages des deux équipements en un seul et en toute sécurité. Un siège peut être intégré lors de la fabrication de la douche-baignoire.
    Mais l’usage de la douche reste plus simple pour les personnes en fauteuil. Pour les personnes à mobilité réduite, des équipements complémentaires peuvent faciliter l’usage de la baignoire, tels que des sièges de bain pivotants…

    Prévoir des espaces plus larges, rendre les équipements accessibles et adapter les hauteurs sont des caractéristiques déterminantes pour que la salle de bain soit plus facile à vivre. Pour rester une pièce de confort et d’intimité, la salle de bain doit répondre aux problématiques de la vie quotidienne, différents selon les moments de vie de chacun. Renseignez-vous auprès de professionnels compétents avant de vous lancer dans ce projet. Ils sauront vous accompagner et vous conseiller.