FAQ

Comment entretenir ses volets ?

Les volets sont directement exposés aux intempéries, aux résidus polluants et à la poussière qui s’infiltrent partout. Afin d’éviter que la structure et les composants des volets ne s’abîment, un entretien annuel est nécessaire pour éliminer toutes les saletés. Dans les zones urbaines très polluées, en bord de mer ou dans les régions soumises à de dures conditions climatiques, il faut prévoir un nettoyage deux fois par an.

Les volets roulants sont à bichonner : tablier, lames, coffre sont à vérifier surtout après de fortes rafales de vent ou après un orage. Il est important d’éliminer la poussière, l’humidité et toutes les traces de pollen. En effet, en cas de pluie, des gouttes d’eau ont tendance à stagner sur la surface des lames du volet quand il est baissé. Une fois ces lames remontées, de l’humidité peut rester dans le coffre et même dans le moteur avec des risques de rouille, de gel l’hiver et même de court-circuit du moteur. Il suffit tout simplement de penser à bien essuyer les lames avant de remonter le volet pour l’ouvrir. Il est recommandé aussi de lubrifier les glissières qui permettent les manœuvres de montée ou descente à l’aide d’un lubrifiant siliconé en spray.

Si vos volets roulants sont motorisés, il convient de tester le moteur régulièrement pour savoir s’il fonctionne correctement. En principe, ces vérifications doivent être faites par le fournisseur ou le fabricant. Vérifiez dans votre contrat d’achat si les garanties incluent ce type de maintenance sinon faites appel à un professionnel pour évaluer l’usure et faire les éventuelles réparations.

Les volets roulants en bois, que l’on ne trouve plus qu’épisodiquement à l’heure actuelle, ne doivent pas être peints car cela entraîne une augmentation du diamètre d’enroulement qui rend le fonctionnement très délicat, voire impossible.

Le bois est surtout l’apanage des volets battants. Ceux-ci peuvent être vernis ou peints et nécessitent un entretien régulier. Peintures écaillées, fissures, attaques de champignons ou d’insectes xylophages sont les principaux inconvénients à observer. Pour l’entretien, la solution la plus simple consiste à les dégonder et à les poser sur des tréteaux à l’horizontale. Commencez par éliminer toutes les traces (écailles de peinture ou de vernis, traces d’usure) à l’aide d’une brosse métallique. Il est également possible d’appliquer une couche de décapant soluble dans l’eau. Un ponçage aux grains épais puis plus fins est nécessaire avant l’application du produit de finition qui doit être appliqué en plusieurs couches fines. Pensez à graisser les charnières et au besoin passez un produit anti-rouille sur les ferrures.

Qu’ils soient roulants, battants ou pliants, les volets en PVC craignent les produits abrasifs à base de chlore ou d’acétone. L’usage d’un simple produit ménager délayé dans de l’eau tiède, appliqué avec une éponge douce, suffit. Évitez de frotter pour ne pas rayer le PVC. Il existe des produits spécifiques dans les grandes surfaces de bricolage qui permettent d’ôter plus facilement toutes sortes de salissures incrustées ou la mousse.

L’aluminium redoute également les entretiens trop musclés. Un détergent doux et une éponge ou un chiffon non abrasif sont parfaits pour l’entretien. Des produits de conservation peuvent être appliqués pour l’aluminium anodisé ou thermolaqué, laissant un film de protection ultra-mince et hydrofuge.