Le parquet massif, pour un sol authentique et durable

parquet massif

Le parquet est l’un des revêtements de sol les plus plébiscités pour son aspect naturel et chaleureux. Il existe différents types de parquets, dont le parquet massif, très résistant et apprécié pour son authenticité.

Créer votre projet parquet

Les caractéristiques du parquet massif

Le parquet massif est composé à 100 % de bois sur toute son épaisseur (entre 1 et 2,4 cm) et se décline dans différentes essences : sapin, chêne, hêtre, châtaignier, noyer ou exotiques comme le teck, l’iroko, le bambou.

Il peut donc présenter plusieurs teintes et en guise de finition peut être naturel, blanchi, vieilli ou ciré. La dureté des fibres du bois massif est définie par l’échelle de Brinell qui classe les produits de 1 à 10. Pour exemples, le sapin est un bois tendre (1,3), le chêne et le teck, plus durs (entre 3,4 et 4). Le top de la résistance revient au merbau ou à l’érable canadien avec 4,8 et 4,9 et jusqu’à 9 pour le bambou.

Pour les pièces humides, comme la cuisine et la salle de bains, il est conseillé de privilégier les bois imputrescibles comme le teck, le bambou ou encore le merbau.

Parquet massif : avantages et inconvénients

  • En raison de son épaisseur et de sa consistance, le parquet massif peut être poncé plusieurs fois.
  • Le prix peut être un frein dans le choix d’un parquet massif mais rapport qualité-prix, il n’y a pas photo car ce type de revêtement peut vivre plus de 100 ans.

Pose sur lambourdes exigée

En général, le parquet massif est cloué au sol sur lambourdes et peut donc venir recouvrir tous types d’anciens revêtements. La pose de lambourdes permet de passer une laine minérale ou un isolant pour conforter les qualités thermiques et phoniques du parquet.

Un joint de dilatation est conservé le long des murs afin de laisser au parquet le temps de prendre sa place définitive. Au bout d’une semaine, un travail d’ajustage peut être effectué.

A savoir : Si la pose est réalisé par un artisan parqueteur qui se charge également de vous fournir le parquet, vous pouvez bénéficier de la TVA réduite sur le matériau et la main d’œuvre. En plus, vous êtes quasiment certain d’avoir une qualité de parquet optimale, stocké dans des conditions proches de celles de leur utilisation.

Des finitions plus ou moins exigeantes

En guise de finition, le parquet massif peut être verni pour une protection maximale. Si l’on désire changer, il suffira de le poncer.

La finition huilée doit être renouvelée tous les six mois environ pour être efficace.

La cire est de moins en moins souvent utilisée et est surtout appréciée pour son odeur si caractéristique. Si la cire protège bien le bois des rayures en saturant les pores, elle exige cependant un travail assez contraignant car il convient de lustrer le parquet au moins une fois par semaine et de recirer après décapage tous les deux ans environ.

Parquet : jouez sur les motifs !

  • On peut poser les lames de parquet de différentes manières.
  • A l’anglaise, la méthode la plus classique consiste à placer les lames parallèles de longueur différentes.
  • A la française : longueurs et largeurs sont différentes et les joints sont décalés de façon irrégulière.
  • En coupe de pierre, il s’agit d’une pose à l’anglaise mais où les joints sont alignés toutes les deux rangées.
  • Le parquet en damier ou mosaïque se compose de carrés posés comme du carrelage en pose droite ou diagonale.
  • En point de Hongrie, les lames sont coupées puis posées en diagonale.
  • Pour la technique à bâtons rompus, les lames sont posées perpendiculairement les unes aux autres.
  • La marqueterie propose un savant mélange géométrique de pièces de bois massif, souvent de coloris différents et il s’agit là d’un travail d’orfèvre destiné aux ébénistes.

Créer votre projet parquet


Avantages et inconvénients