Les carreaux de ciment

carreaux de ciment

Fabriqués depuis 1850 en France, les carreaux de ciment ont retrouvé toutes leurs lettres de noblesse. «Vintage» et colorés, ils participent au décor et présentent certains avantages mais aussi quelques inconvénients.

Carreaux de ciment : le choix du vintage

Si les carreaux de ciment ont disparu progressivement dans les logements pendant quelques années,  c’est à cause de leur mode de fabrication, entièrement artisanal. En effet, ils ne peuvent être produits qu’à la main et forcément cela a une conséquence sur le coût d’achat et une production limitée.

Carreaux de ciment : le secret de fabrication

  • On moule d’abord une première couche, dites d’usure, unie ou formant les motifs. Cette couche est composée de 2/3 de poudre de marbre et d’1/3 de ciment blanc. Un moule en fonte d’acier sert au moulage et définit le format du carreau. Ce moule comprend des diviseurs en cuivre soudé qui permettent de créer les dessins.
  • A la couche d’usure vient s’ajouter une couche inférieure réalisée à partir de sable et de ciment. Le tout est pressé puis séché, pour être à nouveau réhydraté puis à nouveau séché.
    Au contraire d’un carrelage classique qui a besoin de cuisson pour durcir, le carreau de ciment nécessite uniquement de l’eau.
  • Les carreaux sont désormais pulvérisés avec de l’eau, plutôt que d’être trempés, ce qui raccourcit le temps de séchage. Cependant, un séchage de 4 semaines est impératif avant que le carreau ne puisse être définitivement commercialisé.

Une pose adaptée au poids

Les carreaux de ciment sont souvent carrés, de 20 cm de côté mais on trouve également des modèles hexagonaux, rectangulaires, triangulaires ou octogonaux. L’épaisseur varie peu : de 16 à 20 cm, autant dire qu’ils nécessitent une réservation sur chape de 2 cm minimum.

  • En cas de rénovation d’un sol intérieur, il faut donc prendre en compte ce paramètre et bien gérer les décalages qu’il peut y avoir au passage des portes par exemple. Par ailleurs, les carreaux de ciment sont très lourds (35 kg au m2) et le support doit être suffisamment solide pour pouvoir les accueillir. C’est pour cette raison qu’ils sont davantage employés au rez-de-chaussée.
  • Autrefois, on posait les carreaux de ciment bord à bord sur du sable. A l’heure actuelle, les colles sont privilégiées pour immobiliser les carreaux mais il faut alors prévoir un joint de 1 à 2 mm. 3 mm sont même requis sur les supports bois et sur les planchers chauffants.
  • Si vous créez un effet de tapis avec les carreaux de ciment et que le revêtement de sol alentour est différent, prévoyez un joint de dilatation.

Carreaux de ciment : avantages et inconvénients

  • De par leur mode de fabrication, les carreaux de ciment offrent une grande résistance et une robustesse quasi à toute épreuve. Certains carreaux sont encore debout après 150 ans posés au sol !
  • Mais ils nécessitent un traitement de surface imperméabilisant, à base d’une huile spécifique qui vient saturer leur surface car les carreaux sont poreux et sensibles aux taches. Il restent aussi fragiles aux acides.
  • Le prix peut également être un frein au choix des carreaux de ciment, en raison de leur méthode de fabrication artisanale.

A savoir : Aujourd’hui, certains fabricants ont imaginé des collections de carrelage ou encore de sols vinyles qui imitent à la perfection l’esthétisme des carreaux de ciment. Plus que bluffantes, ces collections permettent d’aborder tous les décors du ciment à moindre frais.


Le carrelage sol