Peinture à l’huile : esthétique mais peu écologique

Peinture huile

Plusieurs types de peintures permettent de décorer ou de rénover toutes les pièces de la maison. Quelles sont les caractéristiques de la peinture à l’huile ? Pourquoi privilégier ce type de peinture ? Découvrir ses spécificités, ses avantages et inconvénients.

Créer votre projet peinture

Peinture à l’huile : une couvrance parfaite

Une peinture à l’huile, appelée peinture glycéro ou en phase solvant, est conseillée pour peindre ou repeindre les pièces humides en raison de sa grande résistance et de son pouvoir lessivable.

A base de solvants, elle couvre bien toutes les surfaces même les plus foncées et peut même être employée sur un ancien papier peint par exemple.

Cependant, la peinture glycéro est de moins en moins employée en raison de la forte odeur qu’elle dégage pendant les travaux et pendant la période de séchage. Ses émissions polluantes ne sont pas neutres et aujourd’hui, c’est un paramètre important très souvent pris en compte.

Une peinture glycéro peut contenir de 300 à 400 g de COV (Composés Organiques Volatils) , absorbés par les matériaux dans la pièce et restitués au fil des mois !

Un conseil : si vous utilisez une peinture glycéro, aérez bien et longtemps après la pose. Certaines peintures à l’huile possédant un taux supérieur imposé par l’UE (Union Européenne) ont d’ailleurs déjà été interdites. Les artisans continuent pourtant à la privilégier car elle promet un rendu incomparable.

Peinture epoxy : l’alternative résistance

La peinture époxy est une forme de peinture glycéro, à l’huile, qui promet une résistance à toute épreuve. Imperméable, ne craignant pas les intempéries, elle peut même être utilisée à l’extérieur ou sur les sols. Deux couches sont nécessaires pour un rendu parfait, par contre, le temps de séchage est très long.

A savoir : Les peinture glycéro et époxy ont tendance à jaunir au fil du temps, surtout si vous les prenez dans une teinte très claire.

Peinture à l’huile : une application technique exigée

L’application d’une peinture glycéro n’est pas simple car il faut effectuer les bons gestes pour éviter toutes traces de pinceaux ou de rouleaux. L’utilisation de matériel en soie ou en laine est recommandée pour une application parfaite. Les poils ras sont réservés aux peintures brillantes, les poils courts ou mi-longs pour les satinées et les mates. Pensez aux systèmes anti-gouttes si vous peignez un plafond et protégez le sol car une peinture glycéro est beaucoup plus difficile à nettoyer qu’une peinture à l’eau ! Préalablement à la mise en teinte d’une surface, mettez une sous-couche appelée aussi primaire d’accrochage dont certains sont constitués de solvants au pouvoir anti-taches.

Mate, satinée ou brillante : que choisir ?

La peinture glycéro existe en finition mate, satinée ou brillante.

  • Finition mate : la peinture dissimule les défauts de la surface à peindre, elle est plus reposante visuellement qu’une laque brillante. En version glycéro, certains fabricants proposent des peintures mates lessivables, spéciales «Cuisine et Bain».
  • Finition satin : est lessivable mais une préparation du support est nécessaire afin de masquer les imperfections. Si vous passez cette étape, vous risquez de voir les défauts amplifiés par la semi-brillance de la peinture.
  • Finition brillante ou laque : offre un tendu très sophistiqué mais elle exige une application extrêmement soignée, ce qui n’est pas forcément à la portée de tous.