Priorisez les travaux d’isolation pour une meilleure efficacité

isolation

Éviter les déperditions de chaleur est l’un des enjeux majeur de la rénovation énergétique. Avant de vous lancer dans d’importants travaux d’isolation, il est primordial d’effectuer une étude thermique afin de prioriser ces travaux. A ce titre, le diagnostic de performance énergétique, délivré au moment de l’achat, est un outil utile mais pas suffisant.

Les déperditions thermiques d’une maison 

D’une manière générale, 30 % des déperditions thermiques s’effectuent au niveau de la toiture, 16 % par les murs et les sols et 13 % par les fenêtres et le vitrage.

Mais il ne faut pas négliger le système de renouvellement d’air qui, à lui seul, peut engendrer 20 % de déperdition de chaleur.  Se lancer dans des travaux d’amélioration énergétique peut vous apporter un maximum de confort supplémentaire, une diminution de la consommation d’énergie (jusqu’à 60 %) et une mise en valeur de votre bien. Autant dire qu’il est primordial de bien planifier les travaux pour en tirer tous les bénéfices. Les travaux sont différents selon qu’il s’agisse d’un bâtiment ancien ou plus récent, de plain-pied ou avec étage, des matériaux de structure (pierres, briques, parpaings, bois…) et de la zone climatique (Nord ou Sud, Est ou Ouest).

Priorité à l’isolation de la toiture

Il faut savoir que la chaleur monte, ainsi, si votre toiture n’est pas suffisamment isolée, vous chaufferez davantage l’air extérieur que l’intérieur de la maison. Cela doit donc être votre priorité. Plusieurs possibilités s’offrent à vous.

  • Vous pouvez isoler le plancher des combles s’il s’agit de combles perdus, non habitables et non chauffés.
  • Une autre méthode, réalisable de l’intérieur, consiste à poser de l’isolant entre les chevrons de la charpente. Le choix d’une isolation entre la charpente et la toiture exige la dépose de la couverture et donc une mise en œuvre plus longue et plus complexe.

A savoir :

L’isolation de la toiture doit être mise en œuvre de manière à ce qu’il soit possible d’envisager par la suite un raccordement avec l’isolation de la façade.

 

Limiter les pertes de chaleur par les murs et les sols

Si, après un bilan thermique, vous constatez que la chaleur s’échappe par les murs, il est conseillé d’envisager des travaux de rénovation, par l’intérieur ou par l’extérieur.

  • Une isolation par l’extérieur (ITE) est privilégiée quand un ravalement de façade est envisagé. Cela permet de coupler les travaux d’isolation à ceux du ravalement. L’autre avantage est de ne pas perdre de place utile à l’intérieur de la maison.
  • L’isolation par l’intérieur (ITI) engendre une perte de surface habitable et parfois la nécessité de revoir le passage des gaines et des câbles électriques ou encore le réseau de chauffage.
  • Pour les sols, la solution passe souvent par une isolation du sol existant sur lequel on remet en place un nouveau revêtement ou une dalle flottante.

Améliorer le confort avec des menuiseries et des vitrages isolants

Les anciennes menuiseries peuvent être de véritables passoires à air.

  • La solution la plus simple et la moins coûteuse est de renforcer les montants des fenêtres et des portes avec des joints de silicone, de mousse ou encore métalliques.
  • Vous pouvez également changer vos menuiseries pour des fenêtres à double-vitrage qui sont aujourd’hui devenues la base d’une bonne isolation. Profitez-en : vous bénéficiez encore des aides et des crédits d’impôts si vous faites le choix de menuiseries isolantes.
  • Le triple-vitrage n’est utilisé que dans les cas extrêmes : grand froid, exposition au Nord, région montagneuse ou encore pour les maisons passives.
  • Vous pouvez aussi faire le choix d’un survitrage qui nécessite un budget moins important mais qui est moins efficace.

Ne négligez-pas le renouvellement de l’air