L’isolation phonique du sol : mode d’emploi

Isolation phonique du sol

Certains bruits peuvent impacter notre confort acoustique quotidien : éclats de voix, musique et bruits d’impact, résonance des pas ou chute d’objet. Pour réduire les nuisances sonores qui se transmettent par les planchers, une solution est possible : l’isolation.

Créer votre projet isolation

Isoler les sols : quel est le principe ?

  • Pour améliorer l’isolation acoustique d’une maison, il faut isoler tous les planchers, au rez-de-chaussée, sur terre-plein ou sur vide-sanitaire et les planchers intermédiaires.
  • La difficulté d’isoler un plancher dépend de plusieurs facteurs : son type (lourd ou léger), la technique (par-dessus ou par-dessous), le type de revêtement de finition, le niveau de performance visé et la nature des matériaux de la structure.
  • Pour être acceptable par la réglementation, le niveau de bruit doit être inférieur à 58 dB, un taux pouvant difficilement être atteint pour les planchers légers en bois avec solivage apparent et les revêtements type carrelage ou sols durs, directement collés sur le plancher.

Quelles techniques envisager pour se protéger du bruit ?

La solution pour un plancher bas en rez-de-chaussée

  • Il est possible de placer une chape flottante désolidarisée des parois périphériques et en continuité avec les isolations verticales.
  • Une autre solution consiste à mettre l’isolant directement sur le plancher et le recouvrir, soit d’une dalle, soit d’un revêtement de finition. Cette fois, il faut impérativement utiliser un isolant en panneaux et le protéger d’un film étanche, avant de le recouvrir, pour éviter d’éventuelles remontées capillaires sur les murs, ce qui arrive souvent dans les constructions anciennes.
  • On peut aussi réaliser un doublage isolant en sous-face sur le plancher qui réduit la transmission directe des bruits mais ces solutions de traitement acoustique classiques ne conviennent qu’aux planchers lourds.
  • Contre les bruits d’impact proprement dits, en finition, il faut privilégier les revêtements de sol souples qui absorbent les chocs comme les revêtements textiles (moquette, tapis) ou vinyles. En revanche, ceux-ci n’apporteront aucune amélioration pour les bruits aériens. Un parquet peut faire l’affaire mais il doit être mis en œuvre en pose flottante sur une sous-couche désolidarisante. Les sous-couches suffisamment épaisses, pouvant être posées sous les sols textiles et vinyles, peuvent également affaiblir les bruits aériens. Aujourd’hui, les fabricants proposent d’ailleurs de nombreuses références de revêtements disposant d’une sous-couche intégrée.

Si l’intervention au niveau des planchers n’est pas possible, on peut envisager de traiter le plafond entre les étages, avec par exemple, la pose d’un faux-plafond doté d’une isolation phonique. Celui-ci doit être totalement désolidarisé du plafond existant pour éviter la transmission des vibrations.

La pose de spots encastrés dans ce faux plafond diminue l’efficacité du système car aucun point de contact ne doit exister entre ce faux-plafond et tout élément lié au plancher porteur.

Les matériaux privilégiés pour une bonne isolation

  • Les laines minérales (laine de verre ou de roche) ou laines naturelles (fibres de bois, de cellulose, liège) sont les plus utilisées pour l’isolation des sols. Elles constituent le ressort qui est le principe même de l’isolation masse-ressort-masse. Les deux masses, plancher et revêtement de finition, prennent en sandwich le ressort, c’est-à-dire l’isolant.
  • Pour les planchers intermédiaires et pour une isolation en sous-face il est possible de poser des panneaux rigides en fibres de bois, en liège ou en liège pré-lambourdé.
  • Des plaques en fibres ou ouate de cellulose, souples mais denses peuvent être des solutions envisageables pour les sols intermédiaires et du rez-de-chaussée.

 


Avantages et inconvénients
L'Isolation Acoustique