L’Isolation par l’extérieur

ITE isolation par l'extérieur

Pour les façades, l’isolation extérieure ou ITE est une solution performante, que ce soit en neuf ou en rénovation, pour profiter d’un logement bien isolé. A la clé : un meilleur confort de vie et des économies sur la facture de chauffage.

Le concept de l’isolation thermique par l’extérieur (ITE)

Lisolation par l’extérieur se pose directement sur les murs porteurs à l’extérieur de l’habitation. Elle évite la création de ponts thermiques et les dégradations intérieures, ne réduit pas l’espace habitable à l’intérieur, limite les risques de fissures et peut s’effectuer même si le logement est occupé.

En revanche, la mise en œuvre s’avère compliquée selon la configuration de l’habitation et engendre un coût plus élevé. En rénovation, l’ITE peut amener à une modification de l’aspect extérieur de l’habitation et nécessiter une déclaration de travaux. Elle oblige aussi à revoir le système de récupération des eaux de pluie et la fermeture des volets, notamment celle des volets battants.

L’isolation par l’extérieur : les différentes techniques 

Le recouvrement des murs s’effectue à l’aide de panneaux constitués de différents types de matériaux, à choisir selon la nature des murs et le niveau de performance énergétique recherché.

L’isolant peut être fixé sur la façade de différentes manières :

  • Par collage, pour le neuf ou la rénovation, mais les murs doivent être plans et sains. La colle est appliquée par plots, par bandes ou sur toute la surface du mur.
  • Par fixation mécanique pour la rénovation. L’isolant est alors fixé horizontalement ou verticalement sur des profilés fixés dans le support. En position verticale, l’isolant est fixé à l’aide de raidisseurs glissés entre deux plaques.
  • Par calage et par chevillage, en neuf ou en rénovation. L’isolant est plaqué par des plots de colle appliqué sur l’envers, puis immobilisé par des chevilles spécifiques.

Quels matériaux pour les panneaux isolants ?

L’isolation par l’extérieur se traite avec des matériaux traditionnels, voire écologiques.

  • Les panneaux de fibres de bois ou de liège ou encore en laine de roche sont très utilisés.
  • Le polystyrène expansé ou extrudé est également souvent employé : le blanc étant 20 % plus isolant que le gris.

En guise de finition, on peut opter pour un crépi traditionnel à base de chaux hydraulique ou un crépi décoratif hydrofuge, appliqué sur un treillis posé sur l’isolant ou un bardage en bois, PVC ou composite, couvrant un film d’étanchéité.

-> Le crépi hydraulique, mélange de chaux  et de ciment est projeté sur le mur à l’aide d’une machine à mortier. Il propose différentes granulométries et des reliefs plus ou moins accentués.

-> Le crépi organique à base de résines synthétiques s’applique à la main ou est projeté en couche mince. Il promet une façade plus lisse et plus uniforme.

-> Les bardages, posés sur ossature bois ou métallique, peuvent être en pin, en pin Douglas ou en Red Cedar ou encore en terre cuite, béton, ardoise ou zinc.

A noter

Si vous devez faire un ravalement, il est maintenant obligatoire d’effectuer en même temps des travaux d’isolation. 

Attention, modifier la façade exige parfois l’obtention d’un permis de construire et certaines municipalités ne sont pas favorables aux bardages qui risquent, selon les régions, de ne pas se fondre dans le paysage local.

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Découvrez nos conseils travaux et idées inspirantes pour vous sentir à merveille dans votre chez vous!

[yasr_visitor_votes]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *