Système solaire combiné

Système solaire combiné

Il existe 2 types de SSC :

  • celui avec chaudière permet d’atteindre des températures élevées
  • tandis que celui qui utilise la technique de l’hydro accumulation répond à vos besoins de manière constante et indépendante des rayons du soleil mais les températures seront elles, plus douces.

Avec l’installation de panneaux solaires thermiques, il est également possible d’installer un système solaire combiné (SSC). Deux-2 en 1,  il a notamment l’avantage de pouvoir s’intégrer au système de chauffage préexistant.

Le système solaire combiné : deux utilisations

Analogues à ceux qui alimentent un chauffe-eau solaire, les capteurs solaires utilisés pour la mise en place d’un système solaire combiné transmettent l’énergie produite par le soleil vers un dispositif de stockage (chaudière ou ballon d’eau chaude, selon le type de système choisi).

Puis l’eau chaude est relayée et peut ainsi être utilisée comme eau chaude sanitaire (ECS) et pour le chauffage, grâce à des émetteurs de chaleur (radiateurs basse température, par exemple). Un système de régulation permet, par ailleurs, de basculer sur une source d’énergie secondaire en cas de besoin. En effet, un système solaire combiné peut couvrir jusqu’à 70% des besoins d’un foyer en eau chaude et 40% en moyenne des besoins en chauffage.

Un système combiné avec chaudière ou combiné avec un ballon d’eau chaude

Au moment d’installer un système solaire combiné, vous avez le choix entre deux options :

  • Un système combiné en série avec chaudière. Il nécessite un chauffe-eau solaire pour préchauffer l’eau avant qu’elle soit transmise à la chaudière qui prend le relais et chauffe l’eau à une température élevée. Pratique, ce système permet d’obtenir des hautes températures et n’impose pas de changer votre chaudière ou vos radiateurs car il s’intègre à l’installation déjà en place.
  • Un système solaire combiné avec ballon d’eau chaude intégré, qui fonctionne sur le principe de l’hydro-accumulation. Un grand volume d’eau est chauffé dans un ballon : il sert  autant pour l’ECS que pour alimenter le système de chauffage. En revanche, ce système offre des températures modérées et nécessite d’être couplé avec un système d’appoint pour le chauffage.

Quel système d’appoint pour le chauffage ?

Il est possible d’opter pour un système intégré ou bien un système indépendant :

  • Intégré au ballon via une résistance électrique ou via un échangeur raccordé à la chaudière (qu’il s’agisse de votre ancienne chaudière ou d’une nouvelle chaudière prévue pour cet usage). La deuxième solution est la plus répandue pour la simple et bonne raison que l’appoint sera sollicité relativement souvent et qu’il est préférable de privilégier un appareil puissant et peu cher à l’usage.
  • Le dispositif d’appoint peut être indépendant, comme un poêle (à bois, à gaz) ou se composer de plusieurs radiateurs électriques installés dans les pièces les plus froides et/ou les plus vastes et difficiles à chauffer.

Quoi qu’il en soit, un SSC avec ballon d’eau chaude nécessite un ballon (de 200 à 300 litres pour 4 personnes) capable de pouvoir supporter deux sorties d’eau chaude, l’une pour l’eau sanitaire et l’autre pour le chauffage, et deux échangeurs.
Ce système à ballon s’associe avec des radiateurs basse température. Coupler ce système à un plancher solaire direct est aussi possible, par l’intermédiaire d’un échangeur de chaleur. Le fluide caloporteur sert alors également à alimenter le circuit qui chauffe le sol. (cf PSD)  

Très écologique, le SSC n’émet aucun rejet de CO2 car il utilise uniquement l’énergie solaire (inépuisable et gratuite) ! On estime qu’une surface de capteurs solaires représentant 10 à 15% de la surface à chauffer suffit pour couvrir les besoins d’un foyer. Ainsi, l’ADEME estime que pour chauffer 50% d’une maison de 150 m2 il faut compter seulement 15 m2 de panneaux thermiques. Néanmoins, des paramètres comme l’orientation des panneaux ou encore le taux d’ensoleillement de votre région, sont à prendre en compte. Malgré tout, ce système, qui nécessite d’être complété par un appoint, reste possible pour tout le monde, en rénovation comme en neuf, et ce, que vous habitiez le Nord, le Sud, l’Est ou l’Ouest du pays !

Un système complexe et coûteux

Ce système est plus complexe qu’un PSD ou qu’un simple chauffe-eau solaire individuel CESI car il nécessite la mise en place d’un système de régulation de la chaleur, permettant une sorte de délestage l’été, lorsque l’ensoleillement est maximal. En effet, parfois, un problème de surchauffe peut survenir : lorsque les températures deviennent trop élevées dans le circuit du système solaire combiné et que le liquide caloporteur stagne, cela peut endommager l’installation à long terme. Pour éviter cette dégradation les fabricants ont imaginé plusieurs solutions, comme  l’installation de capteurs solaires d’une nouvelle génération, auto-vidangeables, qui empêchent la stagnation du fluide caloporteur.

Mais la complexité de ce système réside surtout dans le fait que chauffer le logement et produire de l’eau chaude domestique ne répond pas aux mêmes exigences. Les besoins en eau chaude sont relativement stables toute l’année, alors que les besoins en chauffage varient selon les saisons. Lorsque le chauffage est en marche, la demande quotidienne de chaleur est relativement continue alors que celle d’eau chaude sanitaire est irrégulière. De plus, la température de l’eau utilisée dans le circuit de chauffage est plutôt basse (entre 30 et 50 °C), alors que celle de l’eau sanitaire est beaucoup plus haute (entre 45 et 60 °C).
Quoi qu’il en soit, il est essentiel de procéder à un bilan prévisionnel de vos besoins au préalable et de faire appel à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour ce type d’installation.

Le coût de l’achat et de l’installation d’un système solaire combiné peut être un inconvénient. Pour un foyer de 4 personnes, il faut prévoir entre 4 000 et 8 000 € (hors installation). Il atteint jusqu’à 12 000 € selon le système d’appoint choisi. Pour résumer, comptez en moyenne plus de 160€ par m2 à chauffer pour obtenir une estimation de prix.

Coûteux à l’achat, mais rentable à l’usage, écologique et pratique au quotidien, le système solaire combiné s’adapte autant qu’aux projets de rénovation qu’aux constructions neuves. Complexe, ce système permet de couvrir les besoins en eau chaude sanitaire et en chauffage, mais n’est pas auto-suffisant. Il nécessite donc un système de chauffage d’appoint. Mais, au même titre que d’autres systèmes favorisant les économies d’énergie, ce dernier donne droit à certaines aides financières comme le CITE, l’éco-prêt (dans le cadre d’un bouquet de travaux), la prime énergie ou les aides financières de l’ANAH sous conditions. De quoi amortir encore l’investissement initial et encourager votre transition vers l’énergie solaire !


Le Chauffage Solaire